Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

« Toutes les actus
S'informer

» retour

Lettre au Président de la République pour la reconnaissance de l’État palestinien

20 septembre 2011

« Nous nous adressons à vous aujourd’hui pour vous demander que la France se prononce clairement pour la reconnaissance de l’État palestinien lors du prochain vote de l’Assemblée Générale des Nations Unies.

Monsieur le Président de la République,

Nous nous adressons à vous aujourd’hui pour vous demander que la France se prononce clairement pour la reconnaissance de l’État palestinien lors du prochain vote de l’Assemblée Générale des Nations Unies.

La Cimade se sent particulièrement concernée par ce problème qui traverse toute son histoire. Durant la dernière guerre mondiale, la Cimade a accompagné, protégé et sauvé des milliers de juifs, ce qui a valu d’ailleurs à plusieurs de ses membres d’être honorés du titre de Juste de Yad Vashem en Israël. La Cimade s’est aussi préoccupée très tôt du sort réservé aux centaines de milliers de réfugiés palestiniens à la suite de la guerre de 1948, qu’ils aient été déplacés à l’intérieur ou à l’extérieur du territoire palestinien. Avec beaucoup d’autres, nous avons porté la douleur exprimée par tous ceux, qui de façon permanente, ont dénoncé le vide des promesses et des déclarations sur la paix dans la région. Pour notre organisation, notre histoire au Proche Orient a été celle d’une longue mobilisation, pour le rejet de toute haine et pour la réconciliation dans la justice sans laquelle il ne peut y avoir de paix.

Nous sommes bien conscients que la reconnaissance de l’État palestinien par l’ONU ne résoudra pas tout. Mais, il nous semble important que la France soutienne cette opportunité présentée par l’Autorité Palestinienne. Cette reconnaissance devrait permettre de nouvelles négociations pour mettre fin à l’occupation israélienne des Territoires palestiniens et des autres territoires arabes occupés, et pour garantir pour tous sans exception la sécurité et la paix.

La France doit montrer l’exemple à la communauté internationale pour sortir de la paralysie face à cette tragédie. La plupart des différentes résolutions de l’ONU qui auraient dû permettre la résolution du conflit sont restées lettre morte. Les conséquences graves sont nombreuses : le mur de séparation érigé en territoire palestinien, le blocus de Gaza, les ravages causés à leurs terres par les colonies israéliennes, l’humiliation aux points de contrôle, les restrictions en matière de liberté religieuse et le contrôle des accès aux lieux saints, le sort des réfugiés attendant leur droit au retour et des prisonniers croupissant dans les prisons israéliennes, le mépris manifeste d’Israël pour le droit international… Nous savons aussi que cette question passionne et interpelle un nombre considérable de nos compatriotes qui attendent l’ouverture d’une nouvelle étape dans les relations entre Palestiniens et Israéliens.

Pour toutes ces raisons, nous vous demandons très instamment, Monsieur le Président de la République, d’approuver au nom des français, la reconnaissance de l’État palestinien lors du scrutin qui interviendra à la prochaine assemblée générale de l’ONU.

Nous sommes convaincus que par cette position de vérité, vous aiderez, et la France à travers vous, incontestablement les deux peuples de cette terre à parvenir à la justice, à la paix et à la sécurité.

Patrick PEUGEOT

Président de La Cimade

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.