Utilisation des cookiesEn poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. En savoir plus et gérer ces paramètres.

» retour

Après Vincennes des mesures s’imposent

24 juin 2008

La Cimade demande aux pouvoirs publics d’assumer leur responsabilité sur les évènements du centre de rétention de Vincennes, et de prendre d’urgence les mesures destinées à protéger les personnes afin d’éviter de nouveaux drames

La Cimade demande aux pouvoirs publics d’assumer leur responsabilité sur les évènements du centre de rétention de Vincennes, et de prendre d’urgence les mesures destinées à protéger les personnes afin d’éviter de nouveaux drames

Le porte-parole de l’UMP, Frédéric Lefebvre accuse les associations d’être responsables des évènements dramatiques survenus à Vincennes. Mettre en cause RESF, en appelant de fait à des poursuites pénales à son encontre est pour la Cimade totalement inacceptable.

Faire ainsi porter la responsabilité de l’incendie sur une trentaine de personnes qui étaient à l’extérieur du centre n’est pas sérieux : c’est même ridicule.

C’est une atteinte grossière au droit d’association, au droit d’expression de la société civile. C’est aussi une façon pour les pouvoirs publics de ne pas assumer leur responsabilité qui est clairement engagée dans les évènements de Vincennes. Malgré toutes les alertes qui avaient été adressées depuis plusieurs mois (voir le dossier de presse) , la préfecture de police et le ministère de l’Immigration ont maintenu en activité un centre de rétention de 280 places non-conforme à la réglementation en vigueur.

Pour que de tels drames ne se renouvellent pas, la Cimade demande au gouvernement de prendre plusieurs mesures d’urgence pour assurer la sécurité des personnes.

1 – La libération immédiate des personnes qui étaient à Vincennes samedi et dimanche dernier

Les évènements de ce week-end – décès d’une personne retenue et incendie du CRA – ont profondément choqué toutes les personnes qui étaient maintenues à Vincennes. Leur transfert dans d’autres centres de rétention s’est déroulé dans des conditions particulièrement pénibles, sans d’ailleurs respecter les procédures prévues. La plupart ont perdu tous leurs effets personnels et n’ont pas pu joindre leurs proches.

Par mesure d’humanité, par simple respect des personnes, la libération de toutes les personnes présentes à Vincennes samedi et dimanche serait un signe d’apaisement.

2 – Suppression et interdiction des quotas d’expulsion :

Les quotas d’expulsion ont des effets désastreux : il est plus que temps de rompre avec cette méthode détestable. La Cimade demande au Gouvernement de cesser immédiatement toute politique du chiffre en matière de reconduites à la frontière. Cela doit se traduire par l’annulation de toutes les consignes adressées à chaque préfecture lui indiquant le nombre d’expulsions qu’elle doit réaliser.

3 – Respecter l’engagement pris de limiter la capacité des centres de rétention

M. Claude Guéant s’était engagé en 2004 à ce que les centres de rétention ne dépassent pas une capacité maximale de 100 personnes.

Cet engagement n’a pas été tenu par la suite : nous en constatons aujourd’hui les conséquences dramatiques.

La Cimade demande :

l’inscription dans la législation (décret sur la rétention en cours de révision) d’une limite maximale de la capacité des centres de rétention à moins de 100 personnes.

l’arrêt immédiat des travaux de construction d’un centre de 240 personnes au Mesnil-Amelot, au risque d’y recréer un « second Vincennes ».

4 – Fermeture sans délai du CRA de Mayotte :

Si les conditions matérielles des CRA en métropole sont globalement convenables, ce n’est pas le cas outre-mer.

Celui de Mayotte est indigne. Nous demandons, comme la Commission nationale de déontologie de la sécurité (CNDS), sa fermeture immédiate.

Téléchargez le dossier de presse

Contacts presse :
Julie Chansel – 01 44 18 60 77 – 06 82 24 03 47
Jeanne Planche – 01 44 18 72 62 – 06 42 15 77 14

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.