fbpx
Ile-de-France

» retour

Emeutes au CRA du Mesnil-Amelot

29 juillet 2021

Dans la nuit du 28 au 29 juillet 2021, des émeutes ont éclaté au centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot.

Dans la nuit du 28 au 29 juillet 2021, des émeutes ont éclaté au centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot.

Ces événements interviennent alors que les conditions d’enfermement ne cessent de se dégrader dans un contexte d’allongement sans limite de la durée de rétention. Les personnes enfermées au CRA se retrouvent privées de liberté parfois pendant plusieurs périodes de 90 jours qui se cumulent. Tout ceci dans un contexte sanitaire anxiogène et une incertitude plus prégnante qu’habituellement quant à leur expulsion possible.

S’ajoutent à cela des revendications pourtant largement compréhensibles portées depuis plusieurs semaines, mais restées vaines à ce jour :

  • manger à leur faim
  • appeler leurs proches

Exemple parmi d’autres, le 8 juillet 2021, une pétition était signée par 47 retenus au centre de rétention administrative n°3 du Mesnil-Amelot pour réclamer l’augmentation de la quantité de nourriture estimée largement insuffisantes et a minima l’autorisation d’amener dans les chambres la nourriture issue des visites, ainsi que la possibilité de faire usage des smartphones sans caméras dans le CRA, pratique autorisée dans d’autres centres de rétention. Les proches des personnes enfermées au CRA sont en effet souvent très éloignés géographiquement, rompant les liens avec elles pendant plusieurs mois.

Après plusieurs tentatives depuis le début de la semaine, dans la nuit du mercredi 28 au jeudi 29 juillet 2021, des personnes retenues sont montées sur les toits des bâtiments. Elles souhaitaient obtenir un vrai dialogue avec l’administration sur leurs revendications; certaines ont aussi tenté de s’enfuir.

De nombreux renforts de police sont intervenus et ont fait usage de gaz lacrymogènes, y compris dans les chambres. Les personnes retenues au CRA nous ont également fait part des tirs de grenades de désencerclement, dans l’air mais aussi à hauteur d’homme. Plusieurs personnes retenues présentent des hématomes sur le corps et ont d’importantes douleurs. Certains ont été asphyxiés par l’usage des gaz lacrymogènes. L’un d’eux a été transféré à l’hôpital. Les secours, alertés par des personnes enfermées dans l’enceinte du CRA, ont été aperçus à l’entrée du centre de rétention administrative mais ne sont pas intervenus à l’intérieur.

Au matin du jeudi 29/07/2021, les personnes enfermées dans le CRA nous ont indiquée que les forces de l’ordre les avaient plaqué au sol et ont proféré des insultes telles que « taisez-vous, fermez vos gueules ». 

A la suite des faits, 9 personnes nous indiquent avoir été enfermées dans une même salle d’isolement entre 23 heures et 3 heures du matin, heure à laquelle elles ont été déplacées et enfermées au sein de deux bâtiments de la zone “famille” avec interdiction de sortir. Faute de matelas, elles ont dormi à même le sol. Elles nous disent avoir dû attendre 11 heures ce matin pour pouvoir enfin s’alimenter, ne pas avoir eu accès à leurs affaires personnelles ni à leur téléphone. Les tapis de prière et les corans ont été jetés par terre sous leurs yeux. Deux témoins ont vu une personne retenue emmenée dans une chambre puis tabassée. Ils n’ont pas été autorisés à accéder aux bureaux de la Cimade qui a pourtant tenu sa permanence. 

D’après nos informations, deux ou trois personnes ont pu s’évader. Parmi les 9 personnes isolées dans la zone “famille”, certaines ne se trouvent plus au CRA en fin de journée du jeudi 29/07/2021. Nous ne savons pas où elles sont parties.

Ces protestations ne sont que le résultat de conditions d’enfermement indignes et d’une politique toujours plus répressive à l’égard des personnes étrangères. Nous condamnons fermement la réponse violente et disproportionnée de la police face aux personnes enfermées tout comme l’acharnement des préfectures à l’égard de ces personnes qui n’ont pour seul tort que de ne pas être en règle aux yeux de l’administration.

 

Crédits : Jéremie Young

Auteur: Admin_Ile_de_France

Partager sur Facebook Partager sur Twitter
À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.