Bretagne-Pays de Loire

» retour

Du squat du gymnase Jeanne-Bernard au centre de rétention pour une expulsion dans un pays en crise…

13 novembre 2019

…ou le dialogue à la française. La préfecture de Loire Atlantique prévoit d’expulser au Soudan un occupant du gymnase Jeanne Bernard le 14 novembre, malgré les risques encourus sur place.

Jalal a fui les conflits armés qui déchirent son pays, le Soudan, où il a vu périr sa famille en 2011. Il a ensuite subi des mauvais traitements particulièrement graves durant son parcours migratoire, notamment en Libye où il a été bloqué 4 ans.

Passé par l’Italie il est arrivé en France en 2015, où il espérait trouver répit et protection, mais Jalal a de nouveau été confronté à un parcours particulièrement pénible.

Craignant pour sa sécurité, il lui a été conseillé de ne pas raconter son histoire personnelle devant l’OFPRA et la CNDA qui ont tous deux rejetés sa demande d’asile.

Durant des mois de survie dans des conditions indignes, il a vécu parmi les 800 personnes exilées du gymnase Jeanne-Bernard de Saint-Herblain, où a eu lieu un diagnostic-expulsion le 08/10/2019, pour une soit disant mise à l’abri de ses occupants et occupantes.

Au lieu de cela, le préfet de Loire-Atlantique a choisi de le placer en rétention au CRA de Rennes, où il est enfermé depuis.

Jeudi 14/11, la préfecture de Loire-Atlantique s’apprête à renvoyer Jalal dans un pays où la situation est toujours aussi risquée et les conditions de vie particulièrement dégradées.

La Cimade dénonce l’aveuglement de la politique menée à l’encontre des personnes étrangères au mépris de leurs droits fondamentaux. La Cimade demande aux autorités françaises de respecter la Convention européenne des droits de l’homme et la Convention des Nations-Unies contre la torture en préservant les personnes ressortissantes du Soudan de tous risques de mauvais traitements.

 

Mise à jour le 29 novembre 2019

Jalal a été expulsé vers le Soudan jeudi 28 novembre.

Malgré plusieurs interventions, les autorités françaises ont décidé de maintenir son renvoi vers un pays en conflit.

La préfecture de Loire-Atlantique se fonde sur la loi française qui l’autorise à mener cette expulsion, en oubliant la question du respect de la dignité des personnes et le risque d’être exposé à des traitements inhumains et dégradants.

La Cimade appelle le gouvernement à mettre fin à la politique répressive qu’il mène à l’encontre des personnes étrangères sans aucun discernement.  

 

 

Auteur: Région Bretagne Pays de Loire

Partager sur Facebook Partager sur Twitter
À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.