fbpx

» retour

Chaque jour, notre pays bafoue les droits élémentaires de milliers d’enfants vivant en France

20 novembre 2021

Le 20 novembre 2021 marque le 30ème anniversaire de la signature par la France de la Convention internationale relative aux droits de l’enfant. Aujourd’hui le constat est sans appel : notre gouvernement continue de bafouer les droits les plus élémentaires de milliers d’enfants vivant en France.

Chaque jour, notre pays bafoue les droits élémentaires de milliers d’enfants vivant en France

Ce 20 novembre, à l’occasion de la journée internationale des droits de l’enfant, La Cimade dénonce les privations de droits qui visent les enfants étrangers. Un déni d’humanité flagrant quotidien qui ne semble pas émouvoir la France alors qu’elle s’est engagée, en signant la Convention internationale relative aux droits de l’enfant (CIDE) à protéger et offrir une vie digne à tous les enfants vivant sur son territoire, sans distinction.

Aperçu de la violence subie par ces jeunes aujourd’hui

Autant d’exemples qui démontrent l’urgence d’agir pour ces enfants

🔴  En 2021, des centaines d’enfants dorment dehors, en attendant que l’aide sociale les protège dans des lieux adaptés aux besoins d’enfants. D’autres sont parqué·e·s dans des hôtels, en attendant un signe de leur éducateur.

🔴 En 2021, des personnes se déclarant mineures isolées ont été enfermées derrière les barbelés des centres de rétention. Parfois, l’évaluation de leur minorité a été réalisée dans ces lieux d’enfermement au mépris de la présomption de minorité et de l’exigence constitutionnelle de protection de l’intérêt supérieur de l’enfant.

🔴 Bien que l’accès à l’école soit garanti à tout âge et indépendamment de leur « statut administratif », les enfants ne sont généralement pas scolarisés avant une prise en charge stabilisée. Et quand leur minorité est contestée par le département, ils et elles font l’objet de refus d’inscription.

🔴 La stigmatisation, les amalgames et les propos xénophobes à l’égard des enfants étrangers sont inquiétants. Les réponses des conseils départementaux et du gouvernement peuvent être dangereuses, comme cela a été le cas pour Samba*: « Après la décision du conseil départemental qui te dit que t’es pas mineur, c’est la rue. Ça a duré des mois, jusqu’à ce que la juge dise que finalement mes documents montrent que j’avais moins de 18 ans. C’est normal ça ? »

A quand la garantie du respect des droits de tous les enfants ?

« Un.e mineur.e non accompagné·e est avant tout un·e enfant en danger et doit relever du droit commun de la protection de l’enfance » Violaine Husson, Responsable des questions Genre et Protections à La Cimade.

▶ Ce 20 novembre, La Cimade exige de la France qu’elle garantisse les droits de tous les enfants. Les enfants exilé·e·s doivent pouvoir vivre dignement et être protégé·e·s en France.


Pour aller plus loin

*Nom modifié pour des raisons de protection des personnes ayant témoigné

Photo: Nathalie Bardou


Restez informé·e·s de l’actualité de notre association, de nos dernières campagnes et de nos actions en faveur des personnes réfugiées et migrantes en vous inscrivant à la newsletter de La Cimade

 

Auteur: Service communication

Partager sur Facebook Partager sur Twitter
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.