Outre-Mer

» retour

Mayotte : l’État décomplexé jette de l’huile sur le feu

2 septembre 2020

Suite aux déclarations du préfet de Mayotte qui stigmatise les personnes étrangères et fait l’amalgame entre délinquance et immigration, La Cimade réagit à cette attitude discriminatoire sans précédent d’un représentant de l’État.

mayotte

Ce mois d’août à Mayotte a connu un regain de violences. Les réseaux sociaux s’enflamment, des élus s’en font l’écho dans la presse nationale, les tensions intracommunautaires augmentent de jour en jour, les adultes appellent à la vengeance en rejetant la justice républicaine, les plus jeunes se vengent, eux-aussi, caillassent. Il y a des victimes.

Alors qu’un geste fort de l’État est attendu pour apaiser ces tensions grandissantes et dangereuses pour l’ensemble de la population, des déclarations incendiaires du préfet de Mayotte, Jean-François Colombet, ont été diffusées dans les médias. Elles constituent une attitude discriminatoire sans précédent pour un représentant de l’État :

« Ça n’est pas politiquement correct de le dire, mais je le dis et j’assume mes propos : il y a un lien direct entre l’arrêt de l’éloignement[1] et la flambée de violence, car il y a un sentiment d’impunité qui s’est installé. »

« Depuis le 16 mars, nous ne pouvons plus reconduire les étrangers en situation irrégulière dans leur pays. Ces 13 000 personnes que nous aurions dû reconduire […] et qui se livrent à des luttes d’appropriation, des luttes territoriales pour exister, et qui donnent lieu à une délinquance d’appropriation, simplement parce qu’il faut qu’ils vivent, qu’ils trouvent une ressource. Et donc nous subissons de plein fouet l’arrêt des éloignements. »

Le plus haut représentant de l’État à Mayotte assimile les personnes étrangères et en situation administrative irrégulière à des délinquants. Sur un territoire blessé et fragilisé par une crise sanitaire et une situation sociale catastrophique, ces amalgames et ces approximations sont dangereuses.

Un certain nombre de personnes ayant commis des actes délictueux seraient des mineurs. Or, les mineurs ne sont jamais en situation irrégulière en France. Pour remédier à la violence des jeunes à Mayotte, il est temps que l’État investisse massivement pour donner un avenir à cette jeunesse, pour l’avenir de toutes et tous à Mayotte.

Quant à la « délinquance d’appropriation », dont parle le préfet, elle est certainement d’abord liée à la très grande pauvreté partagée par une grande partie de la population, française ou étrangère, quelle que soit sa situation administrative. L’absence d’emploi n’épargne personne et le RSA est à 282 euros (564 en métropole) ce qui constitue une véritable discrimination sociale. Et la crise sanitaire du Covid-19 a déstructuré l’économie de survie.

Non les 13 000 personnes que le préfet n’a pas pu expulser ne sont pas 13 000 délinquants. Ce sont principalement des gens ordinaires, des pères et mères de familles, des personnes âgées, malades parfois ou des étudiant·e·s. Ces personnes ont simplement un problème administratif qui n’existerait peut-être pas dans un autre département. En effet, à Mayotte, le régime dérogatoire du droit et l’impossibilité d’accéder aux guichets de la préfecture fabrique la précarité et augmente le nombre de personnes en situation irrégulière.

Les accusations du préfet qui visent à stigmatiser une partie de la population auraient-elles pour objectif de détourner notre regard d’une gestion de crise au rabais qui a conduit à cette flambée de violence sans précédent ? Cette attitude n’est pas à la hauteur d’un État de droit et n’apporte pas une réponse adaptée à la gravité des problèmes que nous avons à surmonter toutes et tous ensemble.

 

[1] Le préfet évoque ici les expulsions des Comoriens en situation irrégulière vers l’île voisine Anjouan, 27 000 en 2019 soit 10 % de la population de l’île.

 

Photographie : Bidonville à Mayotte, avril 2017. ©Lény Stora / Docpix

Auteur: Service communication

Partager sur Facebook Partager sur Twitter
À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.