Ile-de-France

» retour

Navigo: demandez le remboursement !

16 avril 2019

Première journée des permanences du collectif Mobilité pour tous et toutes dédiées au remboursement du pass Navigo pour les bénéficiaires de l’Aide médicale d’État. Reportage en images dans les locaux de La Cimade Île-de-France.

D’après les bénévoles du Gisti, de Droits devant !!, de Dom’Asile, du Secours Catholique et de La Cimade, 300 à 400 personnes sont venues au 46 boulevard des Batignolles le lundi 15 avril 2019, date de la première journée des permanences du collectif Mobilité pour tous et toutes dédiées au remboursement du pass Navigo pour les bénéficiaires de l’Aide médicale d’État (AME). C’est le cas de Rouméau, Inès, Koumé, Ledoux ou Fatou qui ont vu l’annonce sur Facebook ou sur Internet, d’autres personnes se sont faites conseiller par des associations partenaires. Elles sont venues avec leur dossier complet : les cartes AME, le pass Navigo, les justificatifs d’achats et un RIB. Pour certaines personnes, le remboursement des 75 % injustement acquittés de mars 2016 à octobre 2018 peut monter jusqu’à 1500 euros. Pour d’autres comme Camara, ça ne sera que quelques centaines d’euros, « mais dans ma situation, je suis très précaire, je ne travaille pas car je suis très malade, c’est déjà ça de plus pour m’aider à vivre ces jours-ci. »

Dans la cour des locaux de La Cimade, ça se bouscule un peu, tout le monde souhaite être reçu, pouvoir ainsi bénéficier de l’aide des bénévoles pour obtenir le remboursement. « Antoinette va vous expliquer comment faire les démarches seul·e·s sur Internet, sans notre aide, car il y a trop de monde et vous ne pourrez pas tous et toutes être reçues aujourd’hui. Sinon, il faut revenir mercredi ou jeudi aux horaires indiqués sur l’affiche » annonce Michèle, bénévole de La Cimade, qui s’occupe de compléter la liste des personnes qui seront aidées individuellement à l’intérieur.

Sur les réseaux, les échos de cette permanence ont été très vite relayés dans divers collectifs ou associations. Michèle précise : « dès 08h30, on avait déjà inscrit près de 100 personnes sur la liste ! ». À la fin de la matinée, elles sont pas moins de 116. L’équipe de bénévoles les accueille pour un premier temps d’information, un café ou un thé et la préparation du dossier. Puis, les personnes sont orientées dans les bureaux pour finaliser individuellement les démarches et envoyer leur dossier complet par courrier recommandé ou par email selon les situations. Pour pouvoir mener cette action sur trois jours, 50 bénévoles ont été mobilisés.

Dorothée, chargée de projet santé et droits sociaux pour La Cimade Île-de-France, explique la genèse de cette action collective :« Depuis le début de notre combat contre la suppression des réductions tarifaires dans les transports pour les bénéficiaires de l’AME, décision adoptée après l’arrivée de Valérie Pécresse à la tête de la région IDF, on savait que, dès la mise en place du mécanisme d’indemnisation, on allait tout faire  pour aider les personnes à récupérer les sommes perçues illégalement par Île-de-France Mobilités ». Et après deux condamnations par la justice et une forte pression mise par les associations et les collectifs de sans-papiers, le syndicat de transports franciliens s’est enfin mis en conformité avec la loi : le mécanisme d’indemnisation est sorti en mars 2019. Le collectif a ainsi pu mettre en place ces permanences dédiées dans les locaux de La Cimade Île-de-France.

Au deuxième étage, Laurence précise à Oumou « Je note votre numéro de téléphone. Le remboursement est annoncé sous 30 jours, on va donc prendre le temps de vous rappeler, vous et toutes les personnes reçues, pour savoir si vous avez bien reçu le virement annoncé. » Une façon ainsi de s’assurer de la réelle effectivité du remboursement des bénéficiaires lésé·e·s par les pratiques discriminantes encouragées par la présidente de la région IDF.

La lutte contre l’illégalité des décisions d’Île-de-France Mobilités et contre l’acharnement de Valérie Pécresse n’est pas finie. En effet, la décision prise par le syndicat de transports franciliens pour se conformer à sa condamnation est elle-même à nouveau illégale… Elle a déjà été attaquée devant le tribunal administratif de Paris et le recours est pendant. Pour bénéficier de la réduction tarifaire, la région exige désormais une liste de pièces justificatives non prévues par la loi, comme des avis d’imposition ou des justificatifs de domicile. Par ailleurs, elle entend passer la réduction de 75 % à 50 %, pour les seul·e·s bénéficiaires de l’AME, alors que pour les autres publics précaires, elle est maintenue à 75 %.

 

 

Pour aller plus loin :

 

Photographies : © Rafael Flichman / La Cimade

 

Auteur: Service communication

Partager sur Facebook Partager sur Twitter
À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.