» retour

Rétention : mort d’une personne par pendaison

30 décembre 2019

Le 19 décembre, une personne avait tenté de se donner la mort par pendaison au CRA de Rennes. Après 9 jours d’hospitalisation entre la vie et la mort, ce monsieur est décédé le samedi 28 décembre. Avec ce nouveau drame, c’est la politique d’enfermement du gouvernement qui est en cause.

Combien faudra-t-il de morts pour que le gouvernement mette un terme à une politique d’enfermement et d’expulsion qui a franchi depuis de long mois la ligne rouge ? Depuis l’élection d’Emmanuel Macron, c’est la cinquième personne qui décède dans ces lieux de privation de liberté. Une telle série de drames est inédite et inacceptable.

Le samedi 28 décembre, une personne qui avait tenté de mettre fin à ses jours par pendaison le 19 décembre dans le centre de rétention de Rennes, est décédée à l’hôpital.

Après neuf jours entre la vie et la mort, son geste de désespoir aura été fatal. C’est la cinquième personne qui perd la vie dans les CRA depuis 2017. La Cimade intervient en rétention depuis 1984 et n’a jamais observé une telle série de drames.

Le décès de ces personnes est lié à une politique d’enfermement dont le caractère inhumain n’a cessé de se renforcer. Des personnes très fragilisées, dont certaines sont atteintes de troubles psychiatriques avérés sont fréquemment enfermées en rétention. Les taux d’occupation des CRA ont fortement augmenté. La durée maximale de rétention a doublé suite à la dernière réforme législative. Et enfin, les violations des droits sont massives et assumées, comme en témoigne la très forte proportion d’annulations par les juges des procédures d’enfermement ou d’expulsion (près de 40 % en 2018 pour l’Hexagone).

La Cimade et de nombreuses autres organisations ne cessent d’interpeler le gouvernement pour qu’il mette un terme à cette politique. Près de 25 000 citoyen·ne·s ont adressé une lettre ouverte au ministre de l’intérieur qui reste sourd à cette alerte malgré les drames qui s’enchaînent. Au contraire, les préfectures ont pour instruction d’enfermer toujours plus de personnes dans ces lieux de privation de liberté. La construction de trois nouveaux CRA a même été annoncée à Bordeaux, Lyon et Orléans.

La Cimade demande qu’il soit mis un terme à cette politique et appelle le gouvernement à la tenue en urgence d’une réunion avec les acteurs concernés.

Auteur: Service communication

Partager sur Facebook Partager sur Twitter

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.