Ile-de-France Champagne Ardennes

» retour

L’ESD recrute : témoignage de Michèle, bénévole à l’Espace Santé Droit

15 avril 2019

L’Espace Santé Droit (ESD), basé à Aulnay-sous-Bois, est un partenariat régional entre le Comede et La Cimade Île-de-France.

Depuis quand as-tu rejoint La Cimade ?

Etant retraitée, je disposais de temps et mon engagement auprès d’une autre structure ayant diminué, j’ai rejoint La Cimade en 2016, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, en résistance au climat politique de l’époque, c’était la période des élections avec Fillon-Le Pen- Macron comme perspectives et j’ai eu envie d’agir concrètement pour lutter contre cette ambiance délétère. En réfléchissant, je me suis dis que la cause des exilé.e.s est une de celles qui me tient le plus à coeur. Par ailleurs, les réfugiés étant encore à ce moment là considérés comme de « bons » migrants, je souhaitais aider les plus stigmatisés, ceux dont la France ne veut pas, les « migrants économiques ».
Je me suis rendue à la permanence de Belleville, la plus proche de chez moi où on m’a tout de suite proposé de participer à l’accueil des personnes une après-midi par semaine. Néanmoins, pour rejoindre La Cimade, il est nécessaire de passer par un entretien et de faire part de ses compétences et de ses motivations afin d’intégrer une équipe dans laquelle il y a des besoins. C’est lors de cet entretien qu’on m’a parlé de l’ESD (Espace Santé Droits) et je suis maintenant bénévole dans cette permanence tous les vendredis.

Qu’est-ce que l’ESD ?

L’ESD, dont nous avons fêté les 10 ans à l’été 2018, est un partenariat régional entre le Le Comede (Comité pour la santé des exilés) et La Cimade.
C’est un accueil médico-juridique pour les étranger.e.s malades rencontrant des difficultés d’accès aux soins, aux prestations sociales liées à leur état de santé ou des blocages pour l’accès au titre de séjour pour soins.
Nous proposons une permanence téléphonique pour les personnes malades et leurs proches, mais aussi pour les acteurs sociaux, médicaux, juridiques et associatifs.

L’accueil se fait uniquement sur RV pour les cas les plus spécifiques dont la complexité nécessite un échange en présentiel.
Tout en apportant une aide concrète, c’est aussi un laboratoire d’observation et de contentieux qui permet de faire avancer la jurisprudence sur certains points, le défenseur des droits étant également attentif aux signalements faits par l’ESD.
Par exemple, nous avons contribué en 2018 à la victoire inter-associative de l’ODSE (Observatoire du droit à la santé des étrangers), dont le Comede et La Cimade sont membres et obtenu une modification de la règlementation pour que soit remis un récépissé de renouvellement de carte de séjour pour soins aux étrangers malades et éviter ainsi les ruptures de droits.
En 2019 l’ESD prévoit d’observer plus particulièrement les pratiques des préfectures quant à l’application de la nouvelle loi de 2018 qui impose aux demandeur.ses d’asile malade de déposer une demande de titre de séjour en même temps que leur demande d’asile.

Quel est le rôle des bénévoles à l’ESD ?

La première mission est de répondre au téléphone lors des permanences téléphoniques afin d’apporter des réponses aux questions, d’informer sur les droits et d’orienter les personnes vers les structures ou organismes adaptés à leur situation.
Pour les cas plus spécifiques ou complexes, nous proposons des RV selon un agenda partagé.
Lors d’un 1er RV, nous constituons un dossier complet avec tous les documents liés aux problèmes sociaux, juridiques et médicaux de la personne. La partie médicale est transmise à un médecin de l’ESD pour validation du suivi du dossier, celui-ci assiste à une partie du RV.
Le bénévole apporte son soutien et suit la personne concernée, il fait également part des situations complexes rencontrées à toute l’équipe.
Un dossier peut durer plusieurs années, c’est un accompagnement sur du long terme.
En ce qui me concerne, depuis deux ans, j’ai ouvert une cinquantaine de dossiers. Les procédures sont très longues, l’un est clos et deux sont en passe d’être résolus.

Est-ce qu’il y a une formation nécessaire pour rejoindre l’ESD ?

Personnellement, je n’avais aucune connaissance juridique ou sociale, je viens du monde du réseau informatique, donc pas grand chose à voir ;-).
La Cimade organise des formations pour toutes les personnes bénévoles, notamment une sur le « Droit au séjour pour soins« .
De plus, l’équipe est encadrée par 2 salariées, Karine du Comede et Dorothée de La Cimade qui nous accompagnent dès notre arrivée et dans toutes les étapes d’adaptation. L’engagement démarre par une période d’observation de la permanence téléphonique au sein de l’équipe. Ensuite, on assiste à un 1er RV en présentiel. Cette période permet au bénévole de choisir comment il souhaite s’engager selon ses préférences et ses disponibilités.
De plus, lors de chaque journée de permanence de l’ESD, il y a une réunion d’une heure avec tous les membres de l’équipe présente (les mercredis et vendredi, 4 à 5 bénévoles). Une des salariées donne les informations générales. Ensuite les personnes échangent sur les appels reçus, les différents dossiers en cours…
Cette discussion collective est très importante car elle permet une aide à la prise de décision, envisager toutes les solutions possibles, et faire un signalement éventuel.

Quelles sont tes motivations actuelles ?

Les motivations politiques sont toujours là, mais j’ai beaucoup évolué. Malgré une phase d’adaptation, qui a parfois été difficile face à des parcours complexes et des problèmes de santé souvent graves, cet engagement m’apporte énormément, le plus important étant l’apprentissage de l’écoute humaine. J’ai acquis cette compétence petit à petit, et je me se sens capable aujourd’hui d’écouter correctement et d’avoir la bonne distance entre l’empathie (obligatoire) et le recul nécessaire pour aider les personnes rencontrées. Outre mes progrès en droit, j’ai aussi découvert le département du 93 et fait de belles rencontres. In fine, cela m’a permis également d’en apprendre beaucoup sur moi même.
L’ESD fait un travail formidable et je me suis vraiment attachée à ce soutien spécifique aux étranger.e.s malades.

Pour en savoir plus

=> Rejoignez-nous, l’ESD a besoin de bénévoles

 

Auteur: Admin_Ile_de_France

Partager sur Facebook Partager sur Twitter
À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.