Centre-Ouest

» retour

Centres de rétention : toujours plus d’enfermement

22 septembre 2020

Enfermement des personnes étrangères : une logique mortifère confirmée par les projets de création de nouveaux centres de rétention administrative.

La politique du « tout enfermement » est à l’œuvre depuis plusieurs décennies et s’accroit chaque année.

Le rapport inter-associatif sur les centres rétention sorti ce 22 septembre 2020 fait cette année encore un constat alarmant quant aux conséquences de cette politique d’enfermement et à la violence qu’elle produit sur les personnes.

En 2019, plus de 53 000 personnes ont été enfermées en centre de rétention sur la base de décisions administratives soit 23% de plus qu’en 2018.

Malgré nos alertes répétées, les gouvernements successifs alimentent encore et toujours la machine à enfermer les personnes étrangères que ce soit par une augmentation de la durée de rétention (passée de 7 jours en 1981 à 90 jours en 2019) ou par un développement constant des lieux de rétention.

La crise sanitaire a mis en lumière la logique politique à l’œuvre puisque que malgré les alertes portées par les associations le gouvernement n’a jamais décidé de fermer ces centres alors qu’il est reconnu que les mesures sanitaires préventives ne peuvent être respectées, des personnes ayant été contaminées dans ces lieux. Cet enfermement a pourtant été maintenu alors que les perspectives d’expulsion étaient nulles et restent limitées. Cet entêtement démontre bien que les centres de rétention sont utilisés comme une mesure de rétorsion à l’égard des personnes considérées indésirables puisque la rétention administrative perdure même lorsque la majorité des expulsions ne peuvent aboutir.

Face à ces constats répétés, la machine à enfermer s’emballe encore avec les projets de création de 4 nouveaux centres de rétention dans le Loiret (Olivet), la Seine et Marne (Mesnil Amelot), la Gironde (Bordeaux) et le Rhône (Lyon).

Nous demandons l’arrêt de la politique du tout expulsion et du tout enfermement qui ne répond en aucun cas aux enjeux posés par les migrations humaines mais qui précarise toujours plus les personnes.

Avec nos partenaires dans le cadre du collectif COLERE du Loiret nous refusons la création de ces nouveaux outils d’enfermement et d’expulsion : ni ici, ni ailleurs !

 Rapport inter-associatif 2019 sur les centres de rétention :

Petit guide « dénoncer la machine à expulser »

Actualités autour des actions du collectif COLERE du Loiret

Auteur: Région Centre Ouest

Partager sur Facebook Partager sur Twitter
À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.