Centre-Ouest

» retour

Expulsions de « dubliné·e·s » par la préfecture du Loir-et-Cher : créer l’impasse et l’extrême précarité

30 mars 2019

Expulsions de « dubliné·e·s » par la préfecture du Loir-et-Cher : créer l’impasse et l’extrême précarité

Expulsions de « dubliné·e·s » par la préfecture du Loir-et-Cher : créer l’impasse et l’extrême précarité

Depuis plusieurs mois, la Préfecture du Loir-et-Cher met des personnes sous procédure « Dublin » dans une situation d’impasse, notamment des femmes avec enfant.

Déjà en fin d’année 2018 une femme et son enfant de 4 mois ont été placés en centre de rétention.

Une saisine de la Cours Européenne des Droits de l’Homme en urgence a été lancée ce qui a permis leur libération immédiate.

Mais les expulsions par la Préfecture du Loir-et-Cher continuent en ce début d’année 2019.

Si elles se font sous couvert d’une décision de transfert « Dublin », ces mesures d’expulsion n’ont très souvent pour finalité que de renforcer la situation de précarité des personnes.

Ainsi, la dernière situation en date du 27 mars concerne une femme et son enfant d’1 an et demi, escortés à Orly en vue d’un transfert vers l’Espagne.

Ils refusent de prendre le vol désigné et sont laissés dans le terminal, seuls et sans aucun moyen de rentrer à Blois.

Cette pratique a pour fin de considérer les personne demandeuses d’asile « en fuite » et ainsi de leur couper les conditions minimales d’accueil liées à leur statut de demandeur d’asile.

Et enfin les laisser dans une situation où leurs demandes d’asile sont impossibles à faire valoir pendant 12 mois supplémentaires car placées « en fuite ».

Aujourd’hui Madame et son enfant dorment à la rue car les conditions minimales d’accueil dont un hébergement ont été coupées.

La Cimade exige qu’une solution d’urgence soit trouvée pour Madame et son enfant.

La Cimade demande à ce que les personnes sous procédure « Dublin » puissent déposer leur demande d’asile afin qu’elle soit étudiée sur le fond.

Les préfectures en ont la capacité via l’article 16 et 17 de la directive de l’Union Européenne 604/2013.

La Cimade exige que s’arrêtent les pratiques préfectorales cyniques consistant à créer des « chaussetrappes » et ayant pour objectif de laisser les personnes dans une précarité absolue.

Ces pratiques n’ont ni humanité, ni sens.

Respectons les personnes, leur dignité et leur droit.

Ressources :

Page « Procédure Dublin » sur le site de La Cimade

Rapport rétention 2017 (sortie du rapport rétention 2018 juin 2019)

Petit guide « Dénoncer la machine à expulser »

Journal de La Cimade en centre de rétention du Mesnil Amelot

Rapport Cimade « Procédure Dublin » à sortir fin avril 2019

Auteur: Région Centre Ouest

À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.