Nord-Picardie

» retour

CONFINEMENT DANS LES HAUTS DE FRANCE : DÉMARCHES ADMINISTRATIVES POSSIBLES, ACCUEILS DE JOUR, DISTRIBUTIONS ALIMENTAIRES ET DISPOSITIFS D’HEBERGEMENT

24 mars 2020

État des lieux évolutif pendant la période de confinement. Nous actualiserons régulièrement les informations en fonctions de l’évolution de la situation.

Si vous souhaitez compléter cet état des lieux ou si malgré notre vigilance, vous remarquez une erreur, merci de nous écrire à nord.picardie@lacimade.org

Nos équipes de bénévoles restent joignables par mail voir par téléphone (voir la page Nos permanences)

 

ADMINISTRATIONS / JUSTICE

Retrouvez une analyse complète des ordonnances du 25 mars sur le site de la Cimade https://www.lacimade.org/etat-durgence-sanitaire-analyse-des-ordonnances-covid-19/

 

PREFECTURES

Fermetures des accueils, les rdv sont annulés et devront être reprogrammés.

Prolongation automatique pour 90 jours des titres de séjour arrivant à expiration entre le 16 mars 2020 et le 15 mai 2020. Cela vise les visas long séjour, les titres de séjour quelle qu’en soit la nature – à l’exception des titres délivrés au personnel diplomatique et consulaire étranger -, les autorisations provisoires de séjour, les attestations de demande d’asile et les récépissés de demande de titre de séjour).

Il est fortement déconseillé aux personnes titulaires d’un de ces titres expirés mais bénéficiant de cette prolongation de sortir du territoire français, au risque de rencontrer des difficultés pour revenir.

NB: cette prolongation automatique ne concerne pas les visa de court séjour (Visa C). Toutefois, compte tenu des circonstances sanitaires et des difficultés à rejoindre son pays d’origine, il est toujours possible de demander une prolongation auprès de la préfecture. Plusieurs préfectures reçoivent d’ailleurs les demandes en ligne. Il est conseillé de se rapprocher directement des services de la préfecture dont dépend la personne concernée.

Attention : Obligation de pointage maintenue en cas d’assignation à résidence. Un décret publié au Journal Officiel du 20 mars prévoit que les personnes qui doivent pointer au commissariat (en cas d’assignation à résidence par exemple) et celles convoquées devant une juridiction administrative ou judiciaire font partie des exemptés du confinement.

 

PLATEFORME D’ACCUEIL DES DEMANDEURS D’ASILE

  • En Picardie, la PADA COALLIA à Amiens est fermée jusqu’à nouvel ordre
  • En Nord Pas-de-Calais, la PADA COALLIA à Lille reste ouverte au public du lundi au vendredi de 9h00 à 12h30 et de 13h30 à 16h30 (fermée le mardi après-midi) au 12 rue de Cannes à Lille – Tél : 03 28 55 12 35 – spada59@coallia.org

 

GUDA (dans les locaux de la préfecture du Nord à Lille) : Fermé jusqu’à nouvel ordre.

A noter que les délais administratifs sont suspendus. Cela s’applique pour le placement en procédure accélérée des demandes d’asile enregistrées plus de 90 jours après l’entrée sur le territoire. Concrètement, une personne arrivée en France le 31 janvier 2020 et veut demander l’asile. Normalement, pour ne pas être placé en procédure accélérée, elle avait jusqu’au 30 avril pour enregistrer sa demande. Avec cette ordonnance, elle dispose d’un délai de 40 jours après la fin de l’état d’urgence. 

 

OFII :

Fermeture de tous les accueils du public (plateforme d’accueil des contrats d’intégration républicaine, visites médicales et rendez-vous « étrangers malades »).

Les orientations nationales en lien avec le dispositif national d’accueil (hébergement des demandeurs d’asile) sont suspendues jusqu’à nouvel ordre, mais les orientations locales pour les demandeurs d’asile déjà enregistrés se poursuivent, si il reste des places disponibles (les places dites à orientation nationale ont été réattribuées pour les besoins locaux).

L’OFII indique continuer les rendez-vous particuliers liés au fonctionnement de la carte ADA. 

 

OFPRA : https://www.ofpra.gouv.fr/fr/l-ofpra/actualites/mesures-liees-au-covid-19

  • Fermeture de l’accueil des personnes bénéficiant de la protection internationale du 16 mars au 15 avril 2020
  • Les demandes de renseignements ou de documents complémentaires précédemment adressées par l’Ofpra aux personnes protégées peuvent être satisfaites jusqu’au 27 avril inclus, quel que soit le délai indiqué dans le courrier de l’Ofpra.
  • Report des entretiens pour les demandeurs d’asile et d’apatridie convoqués sur le site de Fontenay-sous-Bois entre le 16 mars et le 15 avril 2020. Les personnes recevront ultérieurement une nouvelle convocation.
  • Introduction des demandes d’asile à l’Ofpra : le nouveau délai d’introduction commencera à partir du 24 juin 2020 (un mois après la fin de l’état d’urgence sanitaire, prévu le 24 mai 2020)
    Cette date est toutefois susceptible d’être anticipée ou reportée en fonction des décisions qui seront prises en ce qui concerne la durée de l’état d’urgence sanitaire. Dans ce cas, l’Ofpra fera une communication sur son site internet pour la bonne information des demandeurs d’asile.
  • Aucun document d’état civil ne pourra être délivré par l’Ofpra dans ses locaux. Toutefois, l’activité d’état civil se poursuit et les personnes protégées ont la possibilité de demander la délivrance d’actes d’état civil (acte de naissance, de mariage, de décès) en ligne via un formulaire dédié sur le site de l’Ofpra.

 

CNDA : http://www.cnda.fr/La-CNDA/Actualites/Covid-19-suspension-des-audiences-a-la-Cour-nationale-du-droit-d-asile

La Cour Nationale du Droit d’Asile a suspendu les audiences de la Cour à compter du lundi 16 mars, et jusqu’à nouvel ordre. Tous les délais pour saisir la CNDA et le bureau d’aide juridictionnelle sont interrompus suite aux ordonnances du 25 mars 2020 et ne démarrerons que le lendemain de la levée de l’état d’urgence. Il n’y a donc plus d’urgence pour les personnes qui se verraient notifier un refus de l’OFPRA durant cette période d’état d’urgence sanitaire.

 

TRIBUNAUX ADMINISTRATIFS

Tous les délais de recours devant les tribunaux administratifs qui expiraient après le 12 mars sont interrompus et ne démarreront qu’une fois l’état d’urgence levé. Cela vaut pour les OQTF et les arrêtés de transfert, sauf si ils ont été  assortis d’une assignation à résidence.
Concrètement, pour une personne ayant fait l’objet d’une décision de transfert le 13 mars 2020, notifiée seule. Elle avait normalement jusqu’au 29 mars 2020 0h pour contester la décision. Avec l’ordonnance, elle dispose d’un nouveau délai de quinze jours à compter du lendemain de la fin de l’état d’urgence.
En revanche, si elle a été assignée à résidence, le délai de recours était de 48 h et s’il n’a pas contesté la mesure avant le 15 mars, le recours est forclos. 

Les TA de Lille et Amiens ont réduit leur activité à leurs missions prioritaires et n’accueillent désormais que le public venant assister aux audiences maintenues. http://lille.tribunal-administratif.fr/Actualites/Communiques/Coronavirus-Reduction-d-activite-du-tribunal et http://amiens.tribunal-administratif.fr/A-savoir/Communiques/CORONAVIRUS-Reduction-d-activite-du-tribunal-administratif-d-Amiens

Les dépôts de requêtes doivent se faire de préférence via l’horodateur et la boîte aux lettres à proximité du tribunal. Elles peuvent également être dématérialisées via l’application « Telerecours Citoyens ».

A Lille, pour tout renseignement, possibilité de joindre le 03.59.54.23.42

A Amiens, pour tout renseignement, adresser un mail à : greffe.ta-amiens@juradm.fr. Une permanence téléphonique est également assurée du lundi au vendredi de 8h30 à 11h, au 03.22.33.61.70. Toutes les audiences (hors procédures d’urgence ayant fait l’objet d’un avis d’audience) programmées avant le 15 avril 2020 sont renvoyées jusqu’à nouvel ordre.

Généralisation des audiences par visioconférence ou téléphone.

 

En cas de mesure d’éloignement, voir les « fiches réflexe » de la Cimade :

 

JURIDICTIONS JUDICIAIRES

Maintien des procédures d’urgence ainsi que celles visant la protection des personnes vulnérables. Cela inclut les permanences en assistance éducative dans les tribunaux pour enfants.

En matière de contentieux des étrangers, recours à la visio-conférence devant le juge des libertés et de la détention – JLD – lorsque ce magistrat est saisi d’une demande de prolongation de la rétention ou d’un recours contre une décision de placement en rétention. En cas d’appel à l’encontre de ces décisions, l’audience peut de la même manière se dérouler avec l’utilisation de moyens de télécommunication audiovisuelle.

 

CENTRES DE RETENTION

Les CRA de Lesquin et Coquelles continuent de fonctionner, malgré de nombreuses interpellations pour demander leurs fermetures.

Retrait des associations intervenant dans les CRA dans un contexte de défaut de protection sanitaire (cf le CP de l’OEE http://observatoireenfermement.blogspot.com/). Les équipes salariées restent toutefois joignables par téléphone et mail.

  • France terre d’asile à Coquelles : cracoquelles@france-terre-asile.org.
  • Ordre de Malte à Lesquin : 06 88 36 89 20 – cralille@ordredemaltefrance.org

De nombreuses requêtes en libération ont été déposées, et des dizaines de libérations prononcées par les JLD et les CA au vu des conditions sanitaires et de l’absence de perspective d’expulsion puisque la plupart des frontières sont fermées. Malgré tout, des personnes continuent d’être retenues.

 

Suspension de la délivrance des visas pour la France

Le site internet « France-visas » (site officiel des visas pour la France) annonce qu’en « raison de la crise sanitaire liée au Covid-19, la France a suspendu la délivrance de visas jusqu’à nouvel ordre ». Cette décision concerne toutes les demandes de visas (visas Schengen de court séjour, visas long séjour pour la France, visas pour les Outre-Mer). Elle s’applique également aux demandes déjà déposées et aux demandes pour lesquelles un rendez-vous a déjà été pris » (Site https://france-visas.gouv.fr/).

 

DROITS SOCIAUX
Le Gouvernement a annoncé que le versement des aides sociales par les CAF sera assuré et que la continuité des droits sera garantie. https://www.cohesion-territoires.gouv.fr/covid-19-les-aides-sociales-seront-versees-automatiquement
  • Aide médicale d’Etat (AME): 
    • Les attestations d’AME qui expirent entre le 12 mars et le 31 juillet 2020 sont prolongée automatiquement de 3 mois à compter de leur date d’échéance.
    • S’agissant des premières demandes d’AME, elles peuvent par dérogation, être déposées jusqu’au 31.07.2020  auprès d’un organisme d’assurance maladie qui en assure l’instruction par délégation de l’Etat, d’un établissement de santé dans lequel le demandeur est pris en charge, d’un centre communal ou intercommunal d’action sociale du lieu de résidence de l’intéressé, des services sanitaires et sociaux du département de résidence ou des associations ou organismes à but non lucratif agréés à cet effet par décision du représentant de l’Etat dans le département. L’obligation de dépôt physique des primo-demandes est suspendue jusqu’au 1er juillet 2020, les demandes peuvent de faire par courrier
  • Prolongation de 3 mois des droits à la protection complémentaire en matière de santé (complémentaire santé solidaire ou CMU avant le 1er novembre 2019) arrivant à expiration entre le 12 mars et le 31 juillet 2020.
  • Pour les personnes en situation d’handicap, prolongation des droits (AAH, AEEH, ..) pour 6 mois à compter de leur date d’expiration et ce, jusqu’au 31 juillet 2020 (ou à compter du 12 mars si les droits ou prestations ont expiré avant le 12 mars mais n’ont pas encore été renouvelé). Cette prolongation sera renouvelable une fois pour éviter notamment les embolisements des traitements de dossiers par les MDPH.
  • Les CAF et MSA vont procéder à une avance sur droits pour les bénéficiaires du RSA, AAH et ses compléments, majoration pour la vie autonome (MVA), lorsqu’elles sont dans l’incapacité de procéder au réexamen des droits à prestations du fait de la non-transmission d’une pièce justificative ou de la déclaration trimestrielle de ressource. Ces dispositions sont applicables pour une durée de 6 mois à compter du 12 mars 2020. Le montant de ces prestations sera réexaminé à l’issue de ce délai.

 

 

ACCUEILS DE JOUR/ DISTRIBUTIONS ALIMENTAIRES

Dans chaque ville, possibilité de se rapprocher de son CCAS, ces structures restant mobilisées.

 

LILLE

Distributions alimentaires chaque jour sur 2 points de distribution :
– de 19h30 à 21h place de la République, dans le centre (grâce aux associations L’île de Solidarité et Humanit’Aide)
– de 19h à 21h sur le site Sainte Colombe des Restos du Cœur à Wazemmes, au 217 rue des Postes

Egalement

  • AIDA : distribution de sandwich le midi entre 12h et 12h45
  • EOLE : 11h-14h uniquement le samedi distribution de sandwichs
  • la Sauvegarde du Nord poursuit sa distribution alimentaire à destination des personnes vivant dans les campements Roms

Accueil de jour

  • L’ABEJ (Point de repère et l’accueil de la rue Solférino) reste ouvert https://abej-solidarite.fr/2020/03/18/comment-rester-confine-chez-soi-lorsquon-habite-dans-la-rue/
  • Pour les femmes victimes de violences, et uniquement pour ces personnes, l’accueil de jour Rosa reste ouvert pour les situations urgentes. Au 94 rue de Wazemmes. Horaires : lundi de 13h à 17h, mardi de 9h à 19h, mercredi de 9h à 17h, jeudi de 8h à 15h, vendredi de 9h à 17h. 06 58 23 65 79, ajrosa@asso-solfa.fr.
  • L’île de solidarité tient un accueil de jour les mercredi et vendredi au 50 boulevard d’Arras de 8h30 à 12h et 13h30 à 16h45 (petits-dej, repas)

Maraudes par le samu social, L’île de Solidarité, Humanit’aide et Utopia 56. Pour certains, distribution de panier repas.

Douches : l’association « la Deûle » rouvre l’accès à des douches gratuites

Soutien médico-psychologique : « Îlot Psy » peut être joint par toute personne habitant l‘arrondissement de Lille en difficulté psychique due aux effets de la situation de crise sanitaire et du confinement. Un seul numéro d’appel : 03 20 78 22 22, où les professionnels d’Ilot psy sont à disposition 7j/7 – 24h/24.

Accompagnement social de la mairie de Lille : l’accueil, pour tous les quartiers, est centralisé à l’hôtel de ville. Les secours d’urgence (aides financières, aides aux démarches) seront délivrés sur rendez-vous par téléphone au 03 20 10 42 50 ou par email accueilsocial@mairie-lille.fr. Voir la Foire aux questions : http://www.lille.fr/Actualites/Accueil-social-sur-rendez-vous

La mairie de Lille a également mis en ligne une page reprenant les différentes mesures et informations liées au confinement: https://www.lille.fr/Actualites/Coronavirus-les-mesures-a-Lille

 

AMIENS

  • Application, suite aux instructions de la DDCS de Somme, du principe de maintien des personnes dans toutes les structures, y compris en journée. Ce principe s’applique également aux ménages déboutés du droit d’asile toujours présents en CADA ou HUDA. Les contacts avec les travailleurs sociaux doivent se faire exclusivement sous forme d’entretiens téléphoniques.
  • Poursuite de l’activité de l’accueil de jour de la Passerelle. Pour ne pas surcharger cette structure, mise en place depuis le 26 mars d’un accueil de jour dans la grande salle de conférence de l’auberge de jeunesse, géré par l’UDAUS. Capacité d’accueil de 40 personnes. Possibilité d’installation le soir de lit de camps pour 20 personnes à l’Auberge de jeunesse en cas de saturation des dispositifs d’hébergement d’urgence.
  • le CCAS de la ville d’Amiens est ouvert et disponible, notamment pour des domiciliations et/ou des aides d’urgence

 

GRANDE-SYNTHE

600 personnes exilées survivent actuellement sur Grande-Synthe dans des conditions insalubres et indignes, dispersées et souvent éloignées des quelques services encore disponibles, parfois abritées dans des bâtiments extrêmement dangereux. 
Plusieurs associations ont interpellé les autorités dans une lettre ouverte, le 16 mars dernier, pour dénoncer l’absence de mesures face à la crise sanitaire. Cela a été suivi, le 17 mars, d’un communiqué des préfectures du Nord et du Pas de 
Calais http://www.nord.gouv.fr/Actualites/Actualites/Covid-19-des-mesures-de-protection-des-populations-migrantes. Elles y font le choix de « confiner » les personnes sur les campements plutôt que de leur garantir l’accès à un hébergement décent, dans des conditions sanitaires adaptées. Les mesures annoncées sont insuffisantes au vu de la situation sur place.
  • Une citerne de distribution d’eau (non potable) et une bonbonne de savon liquide ont été installées fin février à proximité des bâtiments privés occupés par des personnes exilées, pour que les personnes puissent se laver les mains. Mais sur les campements, il n’y a toujours pas de toilettes, de douches, de système de dépôt des déchets, …
  • L’Etat a passé un accord avec la fédération du Nord du Secours Populaire pour assurer la distribution de produits alimentaires. Celles-ci se font à la Linière, mais seulement 3 fois par semaine. Seule l’association Bethléem est en capacité de poursuivre la distribution de denrées du mercredi midi sur le parking du Puythouck.
  • La protection civile va assurer  des maraudes sanitaires pour repérer les personnes présentant des symptômes (et non la Croix rouge comme indiqué dans le communiqué), du lundi au vendredi de 10h à 17h. Le dispositif apparaît insuffisant: pas de médecins, seuls deux secouristes, pas de traducteur, sauf en anglais.
L’AFEJI poursuit les mises à l’abri (bus présent le matin au niveau du Puythouck), mais ne serait plus en mesure de faire les maraudes.
Solidarity Borders continue ses maraudes du soir et apporte des provisions et de l’eau potable en bouteilles.

CALAIS

Entre 800 et 1000 personnes sont toujours à la rue, dans des conditions sanitaires déplorables. Plusieurs associations ont interpellé les autorités dans une lettre ouverte, le 16 mars dernier, pour dénoncer l’absence de mesures face à la crise sanitaire. Cela a été suivi, le 17 mars, d’un communiqué des préfectures du Nord et du Pas de 
  • Maintien de la distribution de la Vie active. Distribution d’un petit déjeuner et d’un repas froid
  • Installation de savon à proximité des différents points d’accès à l’eau et distribution de 150 à 200 bidons d’eau chaque jour. L’accès aux douches est maintenu mais réduit.

Comme à Grande-Synthe, ces mesures sont insuffisantes. Alors que les autorités ont demandé aux personnes exilées de rester à proximité des campements, les démantèlements se poursuivent (voir notamment les communiqués de l’association Salam http://www.associationsalam.org/-Communiques-de-presse-), et ce alors même que les forces de police elles-mêmes se retirent ou demandent à arrêter les expulsions quotidiennes !

Salam poursuit sa présence au petit déjeuner sur tous les campements et apporte également des provisions avec l’aide du Secours Populaire de Loon Plage et de Bethléem.
En lien avec Médecins du Monde et la Croix-Rouge, la Sécurité Civile proposera des diagnostics coronavirus et un hébergement pour les malades ne nécessitant pas d’hospitalisation. 
Des mises à l’abri étaient annoncées à partir du mardi 31 mars, sur la base du volontariat, hors de Calais. Elles ont été reportées (semble-t-il suite à la détection de 2 cas de covid-19 chez les exilés). Elles ont finalement commencé le vendredi 3 avril et dureront sur plusieurs jours. .
DISPOSITIFS NATIONAUX
  •  La « Croix-Rouge chez vous » : La Croix-Rouge a lancé un dispositif d’écoute, de soutien psychologique et de livraison solidaire au 09 70 28 30 00, disponible 7J/7 de 8h à 20h, pour les personnes en situation d’isolement social. Possibilité de commander des produits de première nécessité (denrées alimentaires, produits d’hygiène et médicaments sur ordonnance) livrés par des volontaires des unités locales de la Croix-Rouge française.
  • Une cellule de soutien psychologique a été mise en place au niveau national par le Ministère des solidarités et de la santé : 0 800 130 000, disponible 7J/7 et 24h/24

HEBERGEMENT

La trêve hivernale, pendant laquelle les locataires ne peuvent être expulsés de leur logement, est prolongée de deux mois. Elle prendra donc fin le 31 mai 2020 au lieu du 31 mars comme initialement prévu. Même décision pour le plan d’hébergement hivernal.

Voir FAQ DDC/DIHAL https://www.uriopss-hdf.fr/sites/default/files/article/fichiers/faq_v15.03_1.pdf et les consignes de la DGCS https://www.uriopss-hdf.fr/sites/default/files/article/fichiers/covid_consignes_dgcs_15032020.pdf

 

Sur la métropole européenne de Lille, la Préfecture du Nord a annoncé mettre à disposition à partir du week-end du 21 mars 153 places d’hébergement supplémentaires en mobilisant deux hôtels et l’auberge de jeunesse de Lille. Cette dernière a finalement ouvert le 27 mars. Des centaines de personnes demeurent à la rue (une étude publiée en novembre 2019 avait recensé à 2 830 le nombre de personnes sans domicile fixe ou vivant dans des situations d’hébergements précaires sur la métropole lilloise – https://www.adu-lille-metropole.org/wp-content/uploads/2019/11/SansAbrisme_web.pdf).

A Denain, un centre d’une dizaine de places a été ouvert le 20 mars pour des personnes sans abri.

Amiens, recours aux nuitées d’hôtel. Possibilité d’installation le soir de lit de camps pour 20 personnes à l’Auberge de jeunesse en cas de saturation des dispositifs d’hébergement d’urgence.

Le sous-Préfet de Calais a indiqué aux associations que des places d’hébergement ouvriraient dans le Pas-de-Calais à partir du 31 mars et que les mises à l’abri se feraient sur la base du volontariat. Elles ont commencé le vendredi 3 avril avec la mise à l’abri de 95 personnes et dureront sur plusieurs jours. Des bus achemineront les personnes vers « des centres d’hébergement situés à Liévin (stade couvert, gestion Vie active), Nédonchel, Croisilles, Merlimont, Fouquières-lès-Béthune et Saint-Venant. 
Dans l’Oise, ouverture d’un centre d’hébergement d’urgence départemental au sein du gymnase de Clermont (capacité de 80 personnes). Un autre lieu d’accueil de 160 places s’est ouvert à Compiègne. 

Par ailleurs des centres d’hébergement spécialisés – CHS – à destination des personnes vulnérables à la rue, aussi appelés de confinement ou de desserrement, sont en cours d’ouverture sur l’ensemble du territoire national. Ces centres auront vocation à permettre aux personnes sans domicile et présentant des symptômes liés au Covid-19 ou testées positives au Covid-19, mais ne présentant pas de signes de gravité, d’être hébergées et suivies le temps de leur convalescence. Ces centres seront également ouverts aux personnes vivant en structure collective n’étant pas en capacité de gérer les personnes malades en leur sein.

Pour voir le cahier des charges https://www.federationsolidarite.org/images/Cahier_des_charges_confinement.pdf

L’accès à ces centres se fera sur avis médical. Ils seront gérés par des opérateurs de l’hébergement identifiés par les Préfets avec si besoin des opérateurs pouvant assurer l’accompagnement sanitaire.

  • Amiens, ouverture le 26 mars d’un CHS dans les locaux de l’auberge de jeunesse d’Amiens, au 30 square Friant Les Quatre Chênes. Géré par la Croix Rouge Française avec une équipe de bénévoles + appui infirmiers et médecins.  d’accueil de 139 personnes. Admission à l’entrée sur avis du médecin traitant de la personne ou de la structure, à la sortie sur avis du médecin du CHS. Pendant la durée du séjour au CHS, la personne conserve sa place dans sa structure d’origine, quelque-soit la structure et le statut de la personne. Transport des personnes de la structure au CHS assuré par la Croix Rouge. 
  • Pour le Nord, ouverture d’un site ouvert à Morbecque le 24 mars, géré par la Croix Rouge. Capacité de 50 personnes, devrait passer à 100 et pourrait accueillir les personnes exilées de Grande-Synthe. Un 2ème site près de Valenciennes est géré par l’ALEFPA. A Lille, mise à disposition par le diocèse de Lille de la Maison Paul-VI à Saint-Maurice Pellevoisin. La préfecture pilote ce dispositif, dont la gestion est confiée à la Croix-Rouge. 43 personnes pourront y être hébergés à partir du 2 avril.
  • Un CHS, géré par la Croix Rouge Française, devrait ouvrir dans l’Aisne, un autre dans l’Oise, géré par Coallia, avec l’intervention de médecins et infirmiers libéraux.

 

EN CAS DE VIOLENCES CONJUGALES ET/OU INTRAFAMILIALES :

Conseils valables sur tous le territoire national :

– Que l’on soit victime ou témoin de violences ou professionnel, possibilité d’appeler le 3919 du lundi au samedi de 9h à 19h

– Pour les enfants en danger ou en risque de danger : possibilité d’appeler le N°119, ouvert 24h sur 24h, 7 jours sur 7.

– Contacter le 17 (police) 7j/7 24h/24

– Envoyer un SMS d’alerte au 114, les opérateurs préviendront les forces de l’ordre

–  Possibilité de se signaler dans les pharmacies en prononçant le code « MASQUE 19 ». Le pharmacien alerte alors les forces de l’ordre

 

Sur la métropole lilloise

Possibilité d’envoyer un SMS sur le téléphone de l’association ROSA 06 58 23 65 79 du lundi au vendredi.

La liste des associations lilloises mobilisées est disponibles sur le site de la mairie de Lille : http://www.lille.fr/Actualites/Violences-familiales-que-faire

A Villeneuve d’Ascq : un point d’accueil éphémère s’est  mis en place au rez-de-chaussée du centre commercial V2 (Porte du Héron – anciennement Mango) du lundi au vendredi de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 16h00. Contact : 06 72 02 85 02

La barreau de Lille a mis en place une permanence Allô Victime : 03 20 55 09 55. Permanence téléphonique gratuite du lundi au vendredi de 8h à 20h

 

Dans le Pas-de-Calais : Retrouvez tous les coordonnées des structures dans le communiqué de presse de la préfecture https://www.uriopss-hdf.fr/sites/default/files/article/fichiers/2020-03-27-covid_19_-lutte_contre_les_violences_conjugales_et_intrafamiliales.pdf

 

 

RESSOURCES POUR INFORMER LES PERSONNES EXILEES

 

Auteur: Région Nord-Picardie

Partager sur Facebook Partager sur Twitter
À découvrir aussi
À partager
Petit guide – Lutter contre les préjugés sur les migrants
Avec cette troisième édition, la collection fête ses 10 ans. Un titre historique et plébiscité par les publics associatifs et scolaires à partager et échanger sans modération.
Acheter militant
Faites passer le message avec ce t-shirt « Il n’y a pas d’étrangers sur cette terre » !
Retrouvez tous nos produits militants, faites plaisir à vos proches tout en contribuant au financement de nos actions sur le terrain.